• International,
  • Vie de l'établissement,

Bologne a 20 ans !

Publié le 17 janvier 2018 Mis à jour le 1 mars 2018
Date
Le 30 janvier 2018
Lieu(x)
IADT
51 Boulevard François Mitterrand
63000 Clermont-Ferrand

Du 23 au 25 mai, la France accueille à Paris la conférence ministérielle du processus de Bologne : l’harmonisation des diplômes et la convergence des systèmes d’enseignement supérieur est aujourd’hui une réalité. L’Université Clermont-Auvergne et le rectorat de l’Académie organisent une série d’événement pour mettre Bologne à l’honneur, en commençant par un lancement officiel le 30 janvier à Clermont, dans les locaux de l’IADT.

Le processus de Bologne, ce sont aujourd’hui 48 pays engagés dans un processus autogéré entre les représentants des ministres et les différentes parties prenantes pour établir un espace européen de l’enseignement supérieur (ESP) fondé sur le respect de certaines valeurs fondamentales (autonomie des établissements, libertés académiques, bien public…), la convergence progressive des différents systèmes d’enseignement supérieur, la reconnaissance des diplômes et qualifications, la mobilité des étudiants et des personnels et au-delà des salariés, le renforcement des coopérations académiques, culturels, linguistiques et scientifiques intra-européennes, en vue à la fois de développer un esprit européen de l’ESR et de renforcer la zone Europe de l’enseignement supérieur au sein d’un monde très globalisé.
Ce n’est donc pas un programme de l’UE à 28, même si cette dernière soutient et conforte le processus de Bologne, par le financement d’Erasmus +, de l’Europass (et donc du supplément au diplôme), d’U-Multirank ou de la Carte Européenne Etudiante. La Commission est présente dans le processus de Bologne mais ne le dirige pas. Les communiqués des Conférences ministérielles de Bologne n’ont pas le caractère contraignant et normatif des directives européennes. Les Etats s’engagent volontairement à travers leurs ministres à chaque Conférence. Enfin, les parties prenantes (Universités européennes et étudiants européens en particulier) sont représentées dans toutes les instances du processus et peuvent peser si elles s’organisent en conséquence et mobilisent elles-mêmes leurs adhérents.


La réunion à Paris, du 23 au 25 mai, de 48 ministres en charge de l’ESR est en soi une chance :
  • Pour l’Europe car après le Brexit et dans le contexte international de montée des extrémismes et des replis identitaires, la conférence ministérielle de Paris peut être un des événements marquants de la relance du projet européen.
  • Pour la France parce que cette conférence sera l’occasion de montrer en acte l’engagement européen de notre pays pour « cette Europe de la culture, de la connaissance, du partage des langues » que le président Macron a appelé à refonder dans son discours de l’Acropole (7/9/2017)
  • Pour l’Enseignement supérieur français et européen parce que c’est une occasion de valoriser nos réussites et nos collaborations et en même temps, de débattre, avec nos partenaires européens des transformations nécessaires pour répondre aux défis nouveaux du 21eme siècle.

L’Académie de Clermont-Ferrand et l’université Clermont-Auvergne s’engagent en faisant labelliser par le MESR en janvier 2018 son programme d’anniversaire du processus de Bologne : "BOLOGNE A 20 ANS".

Une série d’événements seront organisés sur l’ensemble du territoire de janvier à mai 2018 (Le Puy, Montluçon, Mauriac et Riom) et ce programme sera présenté dans le détail lors d’un BRUNCH de lancement par Mme le Recteur Danièle CAMPION et Monsieur Mathias BERNARD, Président de l’Université Clermont Auvergne, le 30 janvier prochain à 12h avec un « point presse » à 12h :