• Recherche,

L'institut Pascal a fait Moosh : un couteau suisse numérique pour analyser le comportement de la lumière

Publié le 10 juillet 2017 Mis à jour le 9 juillet 2018
Date(s)

le 10 juillet 2017

Un texte de la Minute Recherche par Antoine Moreau (Institut Pascal). Depuis l'arrivée d'ordinateurs très puissants mais très accessibles dans les années 90, le travail des chercheurs a complètement changé ...

Depuis l'arrivée d'ordinateurs très puissants mais très accessibles dans les années 90, le travail des chercheurs a complètement changé : ils sont maintenant capables de simuler la plupart des phénomènes physiques et de prédire le résultat de beaucoup d'expériences sans même avoir à les faire ! Aujourd'hui, l'Institut Pascal livre le programme Moosh, qui permet de simuler le comportement de la lumière dans des structures très variées pour que tous puissent l'utiliser.

Les chercheurs clermontois utilisent déjà ce programme pour étudier des structures artificielles, comme des miroirs presque parfaits, des détecteurs de molécules très sensibles, des LED, des panneaux photovoltaïques ou de nouveaux types de lasers. Ils étudient aussi des structures naturelles comme les carapaces des insectes, les plumes des oiseaux qui sont une véritable source d'inspiration pour eux.

En s'inscrivant dans le mouvement « Open Science », qui vise à ouvrir à tous, les outils des laboratoires, le programme Moosh devrait intéresser les chercheurs, mais aussi les industriels qui réfléchissent aux matériaux et aux énergies de demain.
Ce logiciel présente aussi un intérêt pédagogique. Son utilisation est suffisamment simple pour que des élèves de troisième soient capables de l'utiliser pour étudier la réfraction de la lumière, par exemple, et il a déjà été présenté à des professeurs de Lycée et de Classes Préparatoires.

Des illustrations faites avec Moosh :
http://cloud.ip.univ-bpclermont.fr/~moreau/moosh/