• Recherche,

Quels effets des politiques d’accueil de nouvelles populations dans le Massif central ?

Publié le 1 juin 2018 Mis à jour le 4 juin 2018
Paysage rural de Haute-Loire
Paysage rural de Haute-Loire

Un texte de la Minute Recherche par Dominique Vollet (UMR Territoires). L’utilisation de méthodes originales quantitatives et qualitatives d’évaluation de politiques publiques a montré que les politiques d’accueil de nouvelles populations ont eu un effet sur la dynamique démographique mais sur une partie seulement du massif.

L’impact des politiques régionales (agricoles, de formation, de soutien à la création d’entreprises, ...) est difficile à évaluer en raison de la multiplicité des sources de financement (européennes, nationales ou locales) et d’une mise en place de ces politiques à des échelles géographiques imbriquées. Les spécialistes de l’évaluation des politiques publiques (économistes, géographes) se heurtent donc à de nombreuses difficultés, notamment pour trouver des unités de comparaisons (entreprises, territoires) proches pour apprécier les effets strictement attribuables à la politique régionale (ce que l’on appelle les effets propres de cette politique). Or, les décideurs publics (élus régionaux ou nationaux) sont désireux d’apprécier ces effets pour savoir s’il convient de poursuivre, amender ou supprimer cette politique.

Notre analyse a porté sur les effets de la politique interrégionale (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine) d’accueil du Massif central. Cette dernière vise à attirer des entreprises et des nouvelles populations (par exemple, en soutenant la réalisation de logements relais ou la rénovation de centres bourgs), afin de stimuler le développement de territoires fragiles (caractérisés par des dynamiques démographiques, économiques et sociales faibles voire négatives).

L’effet majeur attendu d’une politique d’accueil est une croissance de la population (totale et active). Toutefois, les variations de population peuvent être expliquées par la politique d’accueil mais également par d’autres facteurs (accessibilité, atouts naturels, présence de services). L’objectif de l’évaluation sera donc de développer les méthodes statistiques et économiques adaptées permettant de comparer des territoires (communes, départements) similaires du point de vue économique, démographique, bénéficiaires ou non de la politique d’accueil.

Les travaux menés (méthode des contrôles synthétiques) ont montré que la politique d’accueil de nouvelles populations dans le Massif central a modifié la dynamique démographique en favorisant la création d’entreprises et de façon flagrante seulement sur une partie du massif. En effet, les effets les plus notables ont été mesurés dans la région Limousin, qui a mis en place une politique d’accueil sur une période longue dès la période 2003-2009. Cette dernière a permis d’améliorer le solde migratoire de 2008 de près de 39 habitants en moyenne par commune par rapport au solde migratoire de la période précédente. En parallèle, les recherches en géographie sociale ont révélé les raisons pour lesquelles les politiques d’accueil étaient d’autant plus efficaces qu’elles étaient mises en œuvre de façon continue sur une période longue : le temps long est nécessaire pour faire converger les représentations des différents acteurs (publics et privés) concernés par l’arrivée de nouvelles populations.