Suite aux directives nationales des différents opérateurs de recherche, CPU, EPST et établissements de soin, le "Conseil des Établissements Associés" a défini la nomenclature monoligne décrite ci-dessous pour les signatures des publications des unités de recherche du site.

L’utilisation de cette signature est requise car c’est tout d’abord une obligation vis-à-vis des employeurs, tutelles et partenaires de ces unités de recherche ; elle constitue également un élément important pour améliorer la visibilité de l’Université (et par là même de l’ensemble du site) dans les différents classements internationaux dont celui de Shanghai.

Signature monoligne générique des publications

 

Université Clermont Auvergne, liste des tutelles, nom du laboratoire, F-63000 Clermont-Ferrand, France.
 

Concernant les établissements partenaires d'une unité de recherche, mais non tutelles, comme par exemple le CHU ou le Centre Jean Perrin, la règle retenue est de ne les mentionner dans la signature que si un de leur membre fait partie des cosignataires de la publication, les tutelles apparaissant elles systématiquement dans toutes les publications car étant rattachées contractuellement au laboratoire.
 

Exemples :

  • Université Clermont Auvergne, CNRS, SIGMA Clermont, Institut Pascal, F-63000 Clermont–Ferrand, France.
  • Université Clermont Auvergne, CNRS, Inserm, GReD, F-63000 Clermont–Ferrand, France.
  • Université Clermont Auvergne, INRAE, PIAF, F-63000 Clermont–Ferrand, France.
  • Université Clermont Auvergne, CMH, F-63000 Clermont–Ferrand, France.
  • Université Clermont Auvergne, AgroParisTech, INRAE, VetAgro Sup, Territoires, F-63000 Clermont–Ferrand, France

Si un membre du CHU est par exemple co-auteur dans une publication de l’Institut Pascal, alors la signature sera dans ce cas :
  • Université Clermont Auvergne, CHU Clermont-Ferrand, CNRS, SIGMA Clermont, Institut Pascal, F-63000 Clermont–Ferrand, France

Il a été décidé de ne pas mettre les numéros d'EA ou d'UMR dans la signature, car cela pose en particulier des problèmes pour les laboratoires multi-organismes qui ont un numéro de référence pour chacun des organismes.